Terrain candidat à la reconnaissance en tant que site du patrimoine mondial de l'UNESCO

La zone verte du Montalbano s'étend sur 16.000 hectares à proximité de Florence, de Pistoia et Prato.

Le paysage se compose principalement de collines caractérisées par la vigne, cultivée soit près de la plaine soit en terrasse, par celle de l'olivier sur les pentes les plus hautes, et par les bois de châtaigniers sur les sommets (un exemple typique de végétation induite).

 

Entre le XVIème et le XVIIème siècle, la famille des Médicis transforma près de 4.000 hectares du Montalbano pour créer le Barco Reale Mediceo, une vaste réserve utilisée pour la chasse, dont il reste encore aujourd'hui quelques traces du mur d'enceinte.

La région du Montalbano est particulièrement indiquée pour les promenades et les excursions, grâce à un réseau étendu de sentiers pédestres, et même cyclables, qui mènent aux sites archéologiques et aux bois anciens comme le bois de chênes verts de Pietramarina.

L'habitat est caractérisé par d'anciennes résidences, des fermes élégantes et de nombreuses petites fermes. En raison de la présence déterminante de l'homme sur l'environnement, cette zone a récemment été renommée campagne-jardin, pour souligner l'importance de l'action du fermier dans la zone du Montalbano, qui a fait devenir cette région toujours plus belle et plus productive notamment grâce à de nombreux travaux, comme l'aménagement de terrasses, c'est-à-dire l'extension des vignes et des oliveraies sur les collines.

Aujourd'hui Montalbano est une zone de tourisme écologique, grâce à une utilisation différente des maisons et des terres. Une gestion agrituristique de la zone s'est développée avec succès grâce à la combinaison des activités agricoles, soit traditionnelles soit insolites (de la production d'huile d'olive et de vin à celle du miel, de fromages, de confitures et d'herbes officinales), avec des travaux qui valorisent la beauté naturelle de la région à travers la réalisation de sentiers adaptés à la randonnée ainsi que l'aménagement d'aires de stationnement, et le développement de l'hôtellerie...)